#35 l’antisémitisme et le romantisme de Keny Arkana

Keny Arkana a sorti une nouvelle chanson à propos des « gilets jaunes » et de la vague de répression qui s’en ait suivi. Elle critique ouvertement l’extrême-droite comme étant l’ultra-capitalisme. On ne peut qu’être d’accord avec elle sur ce point précis. Les exemples de Donald Trump ou de Bolsonaro au Brésil témoignent de cette tendance.

Mais dans son clip, on aperçoit une étoile de David sur un fond rouge avec différentes personnalités, dont des anciens présidents et des personnalités de religion juive. Si l’image ne dure que quelques secondes dans le clip, elle a le mérite de poser la question de l’antisémitisme dans le cadre des chansons de Keny Arkana.

Aussi, avec l’utilisation du terme « oligarchie » pour désigner en substance le « pouvoir juif » qui contrôlerait le monde, interroge sur le fond la politisation de la jeune chanteuse. Il ne suffit pas de se déclarer « antisystème » et reprendre les codes de la vieille extrême-droite antisémite comme le fût dans son temps Edouard Drumont. En effet, ce dernier considérait que la « classe capitaliste » était la « classe juive ». Plus expressément, les « Juifs » selon Edouard Drumont contrôle « le monde ».

Comment peut-on se prétendre antifasciste ou contre l’extrême-droite et reprendre des codes de cette dernière ? Il s’agit d’une question de fond. En effet, l’antisémitisme n’est pas compatible avec l’antifascisme, mais il est clairement compatible avec le fascisme et les différentes formes de l’extrême-droite. Keny Arkana se retrouve face à son propre paradoxe puisqu’elle prétend défendre une idéologie que représente l’antifascisme, mais propage son contraire. Il faut la mettre face à ses contradictions afin qu’elle assume sa position politique.

Ce n’est pas la première fois que la chanteuse de Marseille déborde utilisant le langage du conspirationnisme et du confusionnisme. En tout cas, le message passe mal.

Toutefois, on peut aussi émettre le doute que le réalisateur du clip porte une entière responsabilité du contenu du clip en question. Mais, il l’a fait avec l’aval de Keny Arkana. Donc cela ne permet pas de l’excuser de cet « acte antisémite ».

Dans la chanson « cinquième soleil », elle parlait déjà du « Nouvel Ordre Mondial » ou encore « Confréries et business en haut de la pyramide » pour désigner la « Franc-Maçonnerie » ou les « illuminatis ». On assiste aussi à des vers complètement à côté de la plaque comme « Babylone est bien grande mais n’est rien dans le fond« . Le réflexe d’utiliser « Babylone » pour désigner le capitalisme vient aussi de théories complotistes.

Dans le romantisme spirituel, elle utilise l’expression que « même Terre-mère est malade, mais Terre-mère résiste« . Il s’agit d’une référence à « Pachamama ». Tout le matérialisme didactique est absent. En effet, l’esprit de la terre n’existe pas, il s’agit d’une croyance ou d’une superstition des Indiens d’Amérique du Sud. La Terre ne peut résister elle-même puisqu’il s’agit d’une planète. La Terre continuera d’exister avec ou sans les êtres humains. Ce sont les travailleurs et les classes populaires qui résistent à la classe dominante que représente la « bourgeoisie ». Il y a une différence de taille, puisque l’un se situe dans le domaine de « la lutte des classes » et l’autre dans « le mouvement spirituel ».

Au final, le discours porté par Keny Arkana ne passe vraiment pas bien. Il y a un discours réactionnaire et obscurantiste. Pour une chanteuse engagée contre le capitalisme, elle porte les agitations de personnes ne savant plus où ils en sont politiquement, mais se réclament quand même du camp du « progrès » et de la « révolution ».

Erratum : ce n’est pas un clip officiel. Le seul responsable est celui qui l’a posté. Toutefois, cela ne change pas le contenu de la chanson « cinquième soleil ».

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

20 − 4 =