#31 Dans la tête d’un dieudonniste

De nombreux fans de Dieudonné roulent leur bosse pour Marine Le Pen en ce moment avec une qualité de l’argumentation qui se réduit à montre le salut nazi inversé qu’ils appellent « la Quenelle ».

Cette vision permet de voir jusqu’où peut aller l’antisionisme sous l’idée de l’antisémitisme. L’antisémitisme à visage ouvert prend doucement les réseaux sociaux, puisque Manuel Valls appelle à voter Emmanuel Macron.

Au nom de la convergence de l’antisémitisme, la personne n’hésite pas à converger avec la dictature des mollah en Iran. L’islamisme n’est pas un moindre mal tend qu’il permet de diffuser l’idée principale : l’antisémitisme. La théocratie devient alors une valeur partagée, mais aussi cette dernière permet de défendre à travers le prisme de la discrimination, de complotisme la question même du capitalisme. Au-delà, il y a également une défense claire du djihadisme, et de l’ensemble des dictatures, notamment le régime syrien.

#30 Ils sont d’extrême-droite, et soutiennent les attentats terroristes

L’attentat de jeudi soir, un terroriste qui appartiendrai à l’organisation de l’état islamique, les vérifications sont en cours par la Justice, a tué un policier appartenant à l’association « flag ». Cette association défend les droits des LGBT au sein de la gendarmerie et de la Police Nationale. Le policier abattu défendait la question de l’égalité, dans une corporation largement misogyne, xénophobe et homophobe.

Partant de cette analyse, l’attachée de presse de François Fillon se réjouit indirectement de l’attentat qui a eu lieu sur les Champs Élysée. Cela permet de « rebattre les cartes ».

Pendant ce temps-là, à l’extrême-droite, on se réjouit de cet attentat, car le policier était homosexuel. Il affirme d’ailleurs que si Marine Le Pen est élu, les homosexuels seront exterminés, comme le terroriste l’a fait sur ce policier.

Autant dire que chez « LR » et le « FN », on attend le vote avec impatience en soutenant les terroristes, ce n’est pas pour rien que le Front Al-Nostra a appelé à voter pour Marine Le Pen (en 2016) comme avec Omar Diaby.

#29 Madjid Messaoudene, l’élu obscurantiste qui flirtait à Gauche

Madjid Messaoudene est un élu de Saint-Denis sous la liste du « Front de Gauche ». Dans le cadre de son compte Twitter, ce dernier n’hésite pas à faire une fixation sur la question de l’Islam, d’Israël notamment vis-à-vis du mouvement de Boycott lancé par Omar Barghouti, et forcément de la Palestine. Conscient qu’il instrumentalise le racisme anti-musulman, ce dernier n’a pas hésité à cotiser à l’association « CCIF » (Collectif Contre l’Islamophobie en France) ce qui suppose une confusion entre la critique progressiste de l’Islam et la haine viscérale que certains portent vis-à-vis des musulmans. Dans ce cadre, il devenait évident de mettre en évidence quelques tweets pour montrer son vrai visage.

Sur l’islam et les musulmans

La question de SaphirNews pose un débat dans les milieux islamo-compatibles, mais aussi les milieux islamistes. Il parle de la néo-conservatrice Caroline Fourrest, et du masculiniste Mohammed Sifaoui sur la position de SaphirNews.

Le sophisme affirme que : 1) Mohammed Siafoui et Caroline Fourrest considère que SaphirNews est un site « islamiste », 2) Gilles Clavreul considère que SaphirNews est un islamiste, 3) En conclusion, les personnes qui considèrent que SaphirNews est un site islamiste sont sur les mêmes platebandes que Caroline Fourrest, Mohammed Sifaoui, ou encore Gilles Clavreul.

Cette méthode analytique plutôt comporte le danger de mettre toutes les critiques de l’islamisme sur le même pied d’égalité, mais surtout de se refuser comme base de la critique, la position des conservateurs, et de nombreux réactionnaires sur ce thème très important. Mais aussi nier une évidence ne peut que faire le jeu confusionniste, dont dispose le site islamiste SaphirNews. On attend la même position pour le site Dômes et Minarets.

Quand Eric Zemmour écrivit une « ode au terrorisme islamique » et en particulier des terroristes de Daesh, cela inspire Madjid Messaoudene en affirmant qu’il peut par une jurisprudence qui n’existe pas, écrire un texte glorifiant les djihadistes. De premier ou de second degré, ce tweet est particulièrement nauséabond, puisque cela cautionne les attentats terroristes. Les victimes sont, une fois de plus, humiliées, ainsi que leurs proches.

Sur le conflit Israélo-palestinien

Dans ses propos, Madjid Messaoudene considère que la ville de Jérusalem n’appartient pas à Israël. Alors que dans les faits, Jérusalem appartient à Israël et la Palestine. Vouloir que la ville appartienne uniquement à la Palestine s’inscrit dans le cadre de la destruction d’Israël. Une vision symétrique que partagent ses camarades religieux en Israël en voulant totalement annexer Jérusalem au profit d’Israël. Cet élément montre véritablement son refus d’une paix à deux états concernant Israël et la Palestine.

Il confirmera d’ailleurs ses propos sur la question du vote de l’UNESCO sur la qualité de Jérusalem.

Le vote de l’UNESCO considérait que Jérusalem n’avait aucun lien avec le Judaïsme. Il s’agit d’un mensonge, puisque si Jérusalem possède un lien avec le Judaïsme, elle en possède également avec les deux courants religieux monothéistes : le Christianisme et l’Islam. Il s’agit d’un berceau des trois religions. Dans le cadre de ce vote qui nie des éléments factuels, notamment sur le fait que le Mont du Temple et la mosquée al-Aqsa possède une identité double. De ce fait, il n’est pas anodin qu’Israël, en tant qu’État Juif suspende sa coopération avec l’UNESCO, puisque cela vient à nier l’existence même ce qui fait Israël, que l’on soit d’accord actuellement avec la politique de son premier ministre ou non. Il n’y a pas à glorifier l’UNESCO non plus, puisque cette décision ne s’inscrit pas non plus dans le cadre d’une solution à deux états avec une pleine souveraineté comme le propose de nombreuses personnes.

À propos des votes contre la Russie, il souhaite des votes sanction contre Israël. La phrase suggère qu’il puisse exister de puissant groupe de pression, mais surtout nie l’Histoire de la construction de l’état israélien et de la France, notamment via la Corse qui a permis son indépendance, à travers le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

La phrase « je veux pas déranger » s’inscrit pleinement dans une logique provocatrice, mais également dans une référence de Jean-Frédéric Poisson :

la proximité de Mme Clinton avec les super-financiers de Wall Street et sa soumission aux lobbies sionistes sont dangereuses pour l’Europe et la France.

Dans la phrase du candidat « à la primaire de la droite et du centre », nous nous retrouvions face à un archétype antisémite : le Sionisme, les banquiers juifs et la Bourse. La citation a été pleinement critiquée par des organisations juives, de nombreux élus, mais aussi de nombreux citoyens anti-racistes.

Affirmer que l’on ne peut pas parler de « lobbies juifs » est une erreur, mais placer l’expression dans un contexte proprement « antisémite » ne semble pas le choquer. Normal, pour quelqu’un fricotant avec les antisémites.

Par contre, le clou du spectacle réactionnaire consiste à affirmer que l’antisémitisme qui se dégage n’est pas un délit, mais le racisme anti-musulman avec des collectifs proches de Waleed Al-Husseini, Riposte Laïque et autres ennemis anti-laïques (ces derniers souhaitent revenir au concordat au nom de la laïcité), et clairement d’ultra-droite n’est pas légale. Il faudra revoir la question de la loi de liberté de la presse de 1881 avec notamment l’incitation à la haine.

Jean-Frédéric Poisson a d’ailleurs trouvé un allié de première taille. Puisqu’en s’inspirant d’un titre neutre du journal conservateur Le Figaro, Madjid Massaoudène affirme son ridicule, également confirme son attachement à l’antisémitisme primaire, et celui lié aux banques.

Madjid Messaoudene en arrive jusqu’à soutenir la position des Mollah d’Iran. La position des islamistes est antisémite, antisioniste (sic), et négationniste (sic-sic). L’Iran des Mollah a pour objectif d’exterminer Israël, mais cela ne le dérange pas vraiment.

Pour la paix, la solution, c’est la guerre économique pour détruire un pays, et en créer un autre. Bravo !

Sur le racialisme

Madjid Messaoudene retweet la FUIQP, une organisation de banlieue racialiste et clairement antisémite. Le tout « OKLM », sans déranger personne.

#28 Pour un Frontiste, les victimes de viol sont des racailles

Jérôme Cochet, selon son profil Twitter, Responsable du @RBMGrasse et Chargé de communication de David Rachline. Jérôme occupe une place centrale au sein du Front National et de ses différents satellites.

Depuis, le Tweet a été supprimé sûrement sous le coup de la pression que peut exercer Twitter ou les différentes menaces pénales que Jérôme Cochet encourait.

Le Tweet montre quatre photos, deux avec François Hollande, deux avec Marine Le Pen. La tentative de mettre en contradiction les deux candidats mêlant le racialisme et le racisme. Il s’agit d’un sophisme simple basé sur les doctrines les plus rances et les plus obscures.

L’ordre et la sécurité sont un motif de campagne de Marine Le Pen. Cette dernière tente de s’afficher régulièrement aux côtés des forces de l’ordre pour que le pays soit gérer d’une main de fer, à coup d’austérité (et de purges pour les intérêts des banques et du capitalisme), des dizaines de morts pour les intérêts des différentes corporations. L’Alliance du Sabre et du Goupillon n’est jamais très éloignée de sa vision de la Société. Le Front National n’en est que la version du XXIème siècle.

Dans ce cadre, vanter le rapprochement entre les forces de l’ordre et la candidate de Montretout peut apparaître stratégique. Il faut dire que dans ce milieu, le vote en faveur des thèses du Front National n’a jamais été aussi proche. Le corporatisme permet de vanter la « Sainte-Alliance ». Sauf que sur la photo de Marine Le Pen, les policiers ne sont que des blancs. Le proche d’Alain Soral considère in extenso, les non-blancs comme des racailles, y compris les forces de l’ordre qui sont métissés.

Pourtant, il faut revenir sur la question de la « racaille » est définit comme telle dans le dictionnaire de l’Académie Française :

On constate également que sous l’appellation « racaille », on trouve des personnes issues de la diversité. Ainsi, pour Jérôme Cochet, toutes ces personnes ne sont que des voyous. Pourtant, l’incitation à la haine est un délit. Au final, Jérôme Cochet a défié les lois (la loi de 1885 sur la presse et le Code Pénal (sic)) et se retrouve comme une « racaille », selon le dictionnaire de l’Académie Française.

Quant à Théo, il a été victime d’un viol commis en réunion par quatre policiers. La pénétration d’un objet dans un orifice sans son consentement place les policiers face à un crime. Il a une fissure anale de 10 cm de long, et possède 60 jours d’ITT. En France, il y a 80 000 viols chaque année. Seulement 2% des criminels passent devant des Cours d’Assises, le reste est requalifié en « agression sexuelle » par les Forces de l’ordre. 4 personnes sur 5 ne portent pas plainte. Autant dire que le sujet du viol n’est pas un sujet anodin, et mérite loin des propagandes rances et racistes que propose le proche de l’antisémite David Rachline. Remettre en cause cela s’inscrit typiquement dans l’axe Lepeno-Poutiniste. Ce dernier a légalisé les violences conjugales pour permettre le viol dans le couple et du droit au mari de battre sa femme jusqu’à ce que mort s’en suive.

#27 Chez les Républicains et BFMTV : la transparence c’est du totalitarisme

Ruth Elkrief, une présentatrice de la chaîne de télévision a posé la question à Anna Cabana, journaliste au journal Le Point : « Il y a une demande parfois un peu totalitaire de transparence ». La question de rapprocher le totalitarisme, c’est-à-dire le stalinisme et le nazisme avec le désir de transparence peut s’apparenter d’une certaine manière comme un point de godwin. D’autant que l’article XV de la DDHC énonce que « La Société a le droit de demander compte à tout Agent public de son administration ». Dans ce cadre, il semble nécessaire que les agents publics à savoir les élus puissent montrer leurs différents patrimoines.

Sauf qu’Ana Cabana répond : « Mais complètement totalitaire ». Autrement dit, elle pense que l’occultisme de la vie publique fait partie de la démocratie et qu’il existe un seul parti politique, avec une police politique répondant à ses demandes. Dans ce contexte, on peut se demander si finalement Ana Cabana ne défend-elle pas la fraude fiscale, financière et la corruption ?

#26 Les Fillonistes derrière le hashtag #StopChasseàLHomme

Les péripéties de François Fillon se poursuivent, les dossiers dévoilent une personne largement tout comme Marine Le Pen. Le htag #StopChasseàlHomme s’est développé pour défendre le candidat du Blitzkrieg. Si les soupçons d’un emploi fictif de sa femme perdurent, la plupart des comptes utilisant le htag (sic) sont fictifs, mais aussi la plus part de ces derniers répètent machinalement en boucle les mêmes phrases.

On ne peut nier qu’il s’agisse d’une opération de communication du Clan Fillon, mais on peut penser qu’il s’agisse aussi d’une certaine manière de mettre en ridicule les moyens de défense du groupe. Cette opération s’inscrit dans la défense de la fraude fiscale, la corruption, le détournement de fond public, etc. Outre mesure, ces derniers sont scandalisés de la sphère « médiatico-politique de gauche » (les journalistes sont de Gauche sont les proches de Bachar Al-Assad et Hezbollah chez les Républicains

Pour Michèle Alliot-Marie, ancienne ministre de François Fillon, les libertés accordées quatrième pouvoir pour la réalisation d’enquêtes et la justice indépendante sont le symbole d’un Stalinien. Le mardi 31 janvier sur I-télé, elle a déclaré que

Moi, vous savez, j’ai connu un régime en Europe centrale dans lequel, à partir du moment où on était l’enfant de quelqu’un de diplômé, on n’avait pas le droit d’aller à l’université : c’était le régime de Ceausescu…

Autant dire que la vision de la presse et de la Justice se résume à quelque chose de soumis au pouvoir exécutif. On retrouve cela dans certains régimes comme ce fût le cas sous Ben Ali, mais aussi un Chine populaire ou encore Hongrie. Cette négation fondamentale des droits fondamentaux permet d’inscrire la droite dans le refus global de l’apport républicain à notre pays. Ce n’est pas pour rien qu’elle se situe à droite de l’échiquier politique.

#26 Un article de Libération

Sur le compte Twitter du journal Libération dit @libe, nous avons eu le droit à un titre particulièrement agressif pour décrire le maniement des réseaux sociaux par Donald Trump. Le tweet a été publié le 21 janvier 2017 à 21h15.

Dans ce cadre, nous avons le droit trois parties de phrases montrant un langage provocateur et familier. Tout d’abord, cela comment par « C’est quoi« , alors que dans le langage français, il serait utilisé « qu’est-ce que c’est « . De ce fait, la phrase se veut agressive, mais aussi elle reste malpolie.

Ensuite, évoquer un « putain de délire » renvoie également au malaise que suggère que la phrase renvoie à une forme « d’Agitation extrême, exaltation causée par une passion violente« , le mot « putain » renforce la grossièreté des propos, mais aussi renvoyer au fait que les personne peut-être atteint d’une pathologie mentale.

Enfin, la sur-utilisation du point d’interrogation et d’exclamation réfère que le journaliste ne sait pas faire de différence sur l’utilisation de ces derniers, mais pire qu’il y a une volonté à l’énervement et à la pulsion.

Si la volonté est de mettre la façon dont Donald Trump écrit ses tweets ou rédige ses posts sur Facebook, il me semble que cela va avec la caricature. Ce n’est pas du Libération, c’est du Donald Trump. Faut-il conclure que le journal Libération adopte la posture du nouveau président américain ?

#25 Les contradictions de Gérard Filoche

Gérard Filoche est membre du Bureau national du Parti Socialiste. Dans un tweet daté du 22 janvier 2017, il a écrit un ensemble de contradiction.

En effet, il se réclame « réformiste révolutionnaire ». Dans la Gauche, soit l’on est réformiste, c’est-à-dire social-démocrate ou révolutionnaire soit le communiste ou l’anarchisme. Rosa Luxembourg montre très bien les différences majeures dans « Réforme Sociale ou révolution ». En effet, la social-démocratie dans sa démarche originale se base et s’appuie sur le mouvement populaire via les syndicats entre autres pour mettre en place des réformes visant à donner un capitalisme à visage humain. Ces réformes prennent le plus souvent la forme de « lois ». Souvent, il y a une volonté de ne pas rompre brutalement avec le capitalisme et de l’accompagner. Alors que la Révolution s’accompagne par une fracture nette témoignant de la volonté de mettre en avant les contradictions de classe, d’arracher le pouvoir à la bourgeoisie pour le donner aux prolétaires, c’est-à-dire aux travailleurs (qui n’ont pas de Capital dans l’entreprise).

Il y a 98 ans, Rosa Luxembourg était assassinée par les Corps Francs sous les ordres du SPD. Des hommages ont eu lieu.

Ensuite, il déclare qu’il est « anarchiste », « trotskyste » (donc communiste), socialiste et communiste à la fois. Or, un anarchiste ne peut-être un communiste ou un socialiste. Soit l’on est socialiste, anarchiste ou communiste selon les différents courants existant au sein des idéologies politiques. L’histoire des idées politiques fait que ceux qui veulent abolir l’état ne sont pas ceux qui veulent sauvegarder les intérêts de l’état, tout comme ceux qui mettent en avant la question de la nation et les autres qui veulent abolir les réflexes identitaires.

Cela témoigne effectivement de la confusion qui peut régner dans le raisonnement de Gérard Filoche. Il est néanmoins nécessaire de le pousser dans la contradiction au maximum. Filoche n’est autre qu’une « caution » signifiant que le « Parti Socialiste » est encore un parti de Gauche.

#24 L’électorat obscurantiste de François Fillon

L’électorat de François Fillon a tout de même de nombreuses similitudes avec celle de Marine Le Pen. Nous allons nous intéresser au compte twitter @NationSansEtat dont le titre est : Nation… #SPF (Sans Parti Fixe). Dans la description, ce dernier affirme que la France n’est plus un … état depuis le 15 mai 2012, à savoir l’élection de François Hollande.

La personne affirme qu’elle « inquiète [NDLR : inquiet dans la phrase originale] pour la droite Républicaine« , alors qu’elle s’inscrit pleinement dans  le refus de la République, et l’antirépublicanisme primaire. La volonté s’inscrit dans ce désir de retrouver « l’état français ».

Regardons de plus près ses tweets ou retweets.

Notre militant est largement influencé par différentes organisations complotistes ou d’ultra-droite antilaïque. En effet, la question de Donald Trump trouve son origine sur le site : Réseau International, la figure d’Obama et Clinton sur le site d’ultra-droite anti-laïc et anti-musulman (et xénophobe) riposte laïque [NDLR : l’association milite pour la fin de la laïcité avec le retour du concordat], enfin la question de la Charia est diffusée au travers du site régional « LyonMag.fr » prenant défense sur des policiers, alors que l’article parle simplement d’une rébellion [NDLR : c’est-à-dire le treizième mois chez les policier]. On peut dès lors conclure que les valeurs prônées par ce monsieur s’ancrent la logique nationaliste traditionnelle : le complotisme, la xénophobie et le refus de la laïcité.

Sur la question des réfugiés, on constate une volonté de mettre en avant un ethno-différencialisme. Cette vision est alimentée par l’extrême-droite notamment dans ses canaux identitaires. En l’occurrence, il y a la tentative d’opposer les Italiens (européens) et les extra-européens fuyant les guerres, et venant se réfugier. Dans le cadre, des immigrés italiens du XIXème siècle, il est important de souligner que la droite et l’extrême-droite ont participé à des lynchages publics, dont les motifs étaient les mêmes que ceux qu’ils attribuent contre les réfugiés au XIXème siècle. Le massacre des Italiens d’Aigues-Mortes du 16 et

Dans le cadre du conservatisme, les subventions aux associations qui aident les réfugiés sont mal-vu, tout comme les associations qui aident les personnes sans-abris, dont les maires incitent à la dégradation des immeubles d’hébergement. Dans le fond, il y a le réflexe qu’il ne faut pas aider les plus démunis, donc les plus pauvres, en outre les réfugiés. La doctrine de Malthus est sensiblement appliquée. Alors dès qu’on parle de la gauche, les militants d’extrême-droite ont le poil qui se hérisse. La réalité tient dans l’individualisme suprême et l’égoïsme le plus total.

Thierry Mariani est le député de la 11ème circonscription des Français de l’étranger (Europe de l’Est, Asie, Pacifique). Il est surtout un soutien considérable de Bachar Al-Assad, Vladimir Poutine, Donald Trump … tout comme Hasan Rohani, le Hezbollah ou de nombreuses organisations djihadistes. Alors en matière d’extrême-droite, il en connaît un rayon.

Comme ses confrères, il déteste la presse, les médias et les journalistes. Une vision conforme à l’autoritarisme. De ce fait, il considère que les journalistes sont de Gauche, alors que la majeure partie des médias ont une ligne conservatrice et libérale. Il souhaite peut-être une purge comme le fait son collègue Erdogan.

La volonté d’armer la jeunesse va de faire en faisant sauter les différents verrous dans le marché des armes, à savoir les autorisations de la préfecture. À savoir que le fait d’armer les jeunes (et les non-jeunes) signifie massacrer la jeunesse par elle-même, et envoyer une partie de sa jeunesse en prison. Un avenir important et justifié selon le militant.

Aussi, cela sous-entend une libéralisation forcée de la vente d’armes à feu. De ce fait, les terroristes salueront notre militant d’extrême-droite. Ils pourront acheter une arme dans une armurerie en libre-service, pour tuer plus de monde.

Pour information, en moyenne, il y a trois tueries tous les jours aux États-Unis d’Amérique. De nombreux campus ont été visés.

Charles Telmar est un partisan du mouvement du Front National : Rassemblement Bleu Marine, mais aussi un soutien du révisionniste Eric Zemmour (il a déclaré que « Pétain » avait sauvé les « Juifs Français »).

Soutenir le polémiste s’inscrit dans le cadre certes du rejet de l’islam, mais se servir de la religion est évoquée comme contraire à la laïcité. Mais, les positions de Zemmour sont des positions anti-laïques. Son courant n’est pas compatible avec la Loi de 1905.

Tous ses partisans la combattent au même sens que les islamistes ou les intégristes religieux de tout bord.

Le retweet de Karim Ouchikh, président de SIEL (un micro-parti rattaché au Front Naitonal) sur la question de la non-présence de délégation française à l’investiture de Donald Trump montre les relations entre les deux. On notera que de nombreuses personnalités de droite ont considéré que l’évènement national était international, suggérant leur maitrise de la politique américaine, mais aussi la volonté d’interagir (ou ingérer comme le fait la Russie) dans les affaires du pays.

Pour terminer, le niveau de notre militant se résume à des critiques sur la sexualité du président (qui est une chose intime). Cela montre la qualité des arguments.

On notera que le profil de « Gilber Enaud » n’est autre que celui de l’organisation d’ultra-droite catholique s’inscrivant dans la tradition poujadiste : « Hollande Démission ».

Ils voteront pour François Le Pen ou Marine Fillon, blanc bonnet, bonnet blanc, il y a bien deux candidats d’extrême-droite, antirépublicains à la présidentielle.

#23 Un petit soldat d’Erdoğan contre la presse

Une nouvelle bagarre a eu lien dans le Parlement turc dans la nuit du mercredi 11 au jeudi 12 janvier 2017. Ce n’est pas la première fois que cela arrive, la dernière datait du 2 mai 2016. Elle montre le résultat d’un parlement explosif au bord de la rupture où les tensions sont de plus en grande.

En l’occurrence, les débats portent sur le projet de loi constitutionnelle. Ce dernier est censé transformé un régime dit « parlementaire » en un régime constitutionnel. Au sein d’un état d’urgence ou plutôt d’un état de purge permanente, cette loi est censée donner les pleins pouvoirs à Recep Tayyip Erdoğan. Celui-ci se fonde sur la nécessité de fonder un appareil exécutif fort, en rapport avec la tentative du putsch militaire du 15 juillet 2016.

Les axes des purges se sont concentrés en premier lieu contre les gülenistes ou apparentés comme tel, puis sur l’organisation du PKK, et enfin cela commence à toucher différentes organisations kémalistes.

L’article du journal Le Parisien, pourtant très sobre sans entrer dans le fond. On ne connaît pas les partis qui se sont affrontés, y compris les thèmes de la discorde. Pourtant, selon les nationalistes et islamistes, la question de l’information d’un quotidien national doit se concentrer d’abord sur la nation, exit donc les sujets internationaux, mais aussi la liberté des rédactions de traiter librement les sujets. Ce n’est pas pour rien que le « troll » déclare : « Foutez la paix à la Turquie, occupé vous de ce qui vous regarde ».

La question de l’information sur la Turquie est vue comme « une haine contre Erdogan et la Turquie ». Informer serait sur les sujets importants se rapporte à mettre en place une politique « haineuse » contre Erdoğan et la Turquie, car selon l’auteur Erdoğan et Turquie ne font qu’un. Le culte de la personnalité ne pouvait être plus important.

Ensuite, la question des musulmans vient progressivement, cela paraît logique pour un ardent défenseur de l’islamisme d’Erdoğan. Il déclare que : « Votre problème ce n’est pas que Erdogan mais tout simplement la Turquie avec ses 99% de musulman« . Il faudrait choisir, avant le petit soldat d’Erdoğan affirmait que c’était Erdoğan. Sortir la question musulmane apparaît totalement déplacée, puisque cela convient de faire interagir la question religieuse et la question politique. Cela fait avec la doctrine conservatrice et obscurantiste du Président turc.

La nostalgie des partisans d’Erdoğan va de paire avec la volonté de recréer l’Empire Ottoman. La chute de l’Empire Ottoman se traduit par les accords Sykes-Picot et le traité de Sèvres. La Turquie doit son indépendance à travers le traité de Lausanne de 1923. Cette chute est liée à sa défaite dans la Premier Guerre Mondiale. La nostalgie de l’empire Ottoman interroge, mais elle est une référence que « c’était mieux avant ».

Mais, notre petit soldat sort la bataille des Dardanelles entre Février 1915 et janvier 1916. Autant dire que le petit fantassin a un cran de retard, avec seulement 100 ans.

Ses dernières phrases sont « on a assez de problème en France à ne pas pouvoir lever en la tête pour s’occuper des autres alors occupé vous de ces problèmes ». La phrase traduit véritablement la nécessité de « cacher » tous les évènements en Turquie, alors que la Turquie fait partie du Conseil Européen. De ce fait, en matière de relation européenne, cela intéresse forcément les Européens, donc les Français.

Dans le fond, on retrouve les relents nationalistes, on ne serait pas étonné si ce dernier serait amené à voter François Fillon ou Marine Le Pen, la rhétorique est présente, elle est identique à celle d’Erdoğan.